« Un Petit Bon Home », pour « prendre le temps de discuter » aussi

Economie

L’Agglomération apporte son soutien technique et financier à la création de très petites entreprises en milieu rural ou dans certains quartiers de ville. Ces activités ont souvent une utilité sociale. La preuve avec « Un Petit Bon Home » de Caucourt.

Siglé « Un Petit Bon Home », « un jeu de mots repère pour les personnes âgées », le camion-magasin vert salade sillonne les routes de campagne, les rues des villes, depuis un peu plus d’un an. Benoît Petit est alternativement au volant et derrière le comptoir où s’alignent des produits frais de toutes sortes. Derrière lui, des fruits et des légumes – « J’essaye de travailler le plus possible avec les producteurs de la région, c’est aussi un service qui leur est rendu », précise-t-il.

Du mardi au jeudi, son commerce le mène aux confins de la Somme ou du Pévèle avant de revenir vers le bassin minier le vendredi. Il est alors à Béthune, Bruay, Houdain, Rebreuve pour logiquement finir chez lui, à Caucourt. « Je fais environ 500 km par semaine pour servir mes 150 clients. Je m’arrête devant chacun d’eux. Ils m’attendent à la demi-heure près pour leurs courses. » Et, « Quand j’ai du retard ou quand je suis en avance, j’ai droit à une remarque. », sourit-il. Dans les villages ou les quartiers, « il y a une demande réelle avec les personnes âgées, handicapées, qui n’ont pas de moyen de locomotion. J’entretiens ma clientèle : je prends un peu de temps pour discuter, donner un coup de main, par exemple en leur ramenant un produit particulier. »

Au Petit Bon Home, (T) 06 50 41 23 03


Benoît Petit a été accompagné par la Chambre de commerce et Artois Initiative. Il est également bénéficiaire de l’aide communautaire en faveur des très petites entreprises (TPE). Le dispositif d’aide aux TPE a pour objectif de soutenir les projets de création d’activités économiques génératrices d’emplois, et de leur faciliter l’accès à d’autres financements. Il concerne les entreprises en phase de création de moins d’un an, de moins de 10 salariés, implantées dans des communes de moins de 3 000 habitants ou dans un « quartier prioritaire de la ville ». La subvention est de 15 % du montant de l’investissement éligible, avec une bonification de 1 000 € par emploi (CDI, en équivalent temps plein), dans la limite de 10 sur trois ans. Renseignements auprès de la direction du développement économique, (T) 03 21 614 900